Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

Services de santé mentale pour les travailleurs de première ligne

Page controls

Mai 28, 2019

Page content

 

L’honorable Sylvia Jones
Ministère du Solliciteur général
Édifice George Drew, 18e étage
25, rue Grosvenor
Toronto (Ontario)  M7A 1Y6
Sylvia.Jones@ontario.ca

 

L’honorable Christine Elliott
Ministère de la Santé et des Soins de longue durée
College Park, 5e étage
777, rue Bay
Toronto (Ontario)  M7A 2J3
Christine.Elliott@ontario.ca

 

Madame la Solliciteure générale et Madame la Ministre,

J’espère que vous allez bien. Je vous écris pour féliciter le gouvernement de son annonce récente au sujet d’investissements dans des services de santé mentale pour les travailleurs de première ligne et leurs familles. La Commission ontarienne des droits de la personne (CODP) est heureuse que le gouvernement ait reconnu le fait que de nombreux membres du personnel des services correctionnels et policiers souffrent de troubles mentaux.

La CODP a demandé à maintes reprises de meilleurs soutiens en santé mentale pour les travailleurs de première ligne. En 2014, nous avons publié une Politique sur la prévention de la discrimination fondée sur les troubles mentaux et les dépendances afin de guider les employeurs et d’autres responsables. En 2016, j’ai écrit au Bureau du directeur indépendant de l'examen de la police pour lui dire à quel point j’étais préoccupée par les problèmes de santé mentale et les cas de suicide parmi les agents de police, en portant à son attention quelques obstacles qui empêchent les policiers d’avoir accès à un soutien adéquat. J’ai demandé instamment au directeur de tenir compte des exigences du Code des droits de la personne dans le cadre de son examen des expériences vécues par les agents de police atteints de troubles mentaux et des cas de suicide parmi eux. En 2017, la CODP a conclu un accord à l’amiable dans son litige contre le Service de police de Toronto et la Commission de services policiers de Toronto pour assurer que les agents qui s’enlèvent la vie par suite d’un trouble mental subi dans l’exercice de leurs fonctions ont le droit d’avoir leur nom inscrit sur le monument commémoratif du Service de police de Toronto.

Il est impératif que le gouvernement de l’Ontario fournisse les soutiens nécessaires et œuvre à l’élimination du stigmate lié aux handicaps mentaux, en particulier pour les travailleurs de première ligne du secteur de l’application de la loi. Je me tiens à votre entière disposition pour discuter de cette question plus en détail.

Veuillez agréer, Madame la Solliciteure générale et Madame la Ministre, l’assurance de ma haute considération.

La commissaire en chef,
Renu Mandhane, B.A., J.D., LL.M.

c.c.      L’honorable Caroline Mulroney, procureure générale
           Commissaires de la CODP